Concerts — 05 décembre 2012

 

 

 

 

 

 

 

Bon je vais pas faire un procès d’intention à mes parents parcequ’ils m’ont affublé d’une taille de Troll dès la naissance, mais c’est vrai que parfois on se retrouve dans des situations où le manque de certains centimètres (je parle des jambes) nous gâche certains plaisirs, un peu comme Mimi Mathy qui cherche à atteindre son paquet de pépito sur un étal de supermarché.

Explication, je me suis rendu donc hier soir au Glazart assister au concert très attendu des Red fang. Pour ceux qui ne connaissent pas cette nouvelle salle parisienne, elle est située porte de la Villette, sous le périph entre deux voies de bus et un échangeur SNCF. Ajouter à ca, par un froid mois de Novembre, c’est un peu comme passer un dimanche pluvieux de décembre dans le sud de Dunkerque avec Jean-Pierre Pernaud (beurk). Pire, à l’intérieur , même si l’espace est plutôt grand, on se croirait au Macumba Night de Besançon avec une hauteur sous plafond de 4 mètres. Le pire étant que la scène ne doit pas excéder 50 cm de hauteur, autant vous dire que si vous n’êtes pas placé sur les genoux du chanteur ou que vous ne mesurez pas 3m22 vous avez peu de chance d’apercevoir quelque chose.

je passe brièvement sur les premières parties, « Drawers » un groupe de stoner Toulousain qui, comme le dit l’affiche, « joue avec des balls » (véridique !) et les anglais de « Hark » qui proposent une musique « noise/stoner » (comme ils disent…). Stoner je sais pas , en tout cas noisy tellement le son est déguelasse et que le chanteur à beau s’époumoner on entend rien du tout. Du coup je pars à la plage ; ah ben oui, c’est vrai, j’oubliais le meilleur, le Glazart propose à ses clients une paillote avec du sable etc… mais bon avec ce froid de gueux aucun interêt. On se réfugie donc dans les salles tentaculaires du Glazart en attendant Red Fang. Formé en 2005, ce tout jeune groupe américain compte à son actif deux albums « Red fang » et « Murder the mountains » et propose un stoner métal très efficace. Il bénéficie d’une bonne notoriété aux States pour avoir tourné avec des pointures comme Megadeath, Machine Head ou encore Mastodon.

Et c’est à 22 :00 précise que le groupe rentre sur scène, acclamé par une salle archi comble et chauffée à blanc.

Aaron Beam, le bassiste chanteur, entame direct sur le Hit « Hank is dead » sortit du deuxième album (qui va être joué en quasi-totalité ce soir) et c’est l’hystérie dans la salle. Placé non loin du bar, on ne voit strictement rien de la scène et le son est aussi pourrit que les premières parties.

C’est dommage et, prenant mon courage a deux mains, je fixe mes acouphènes dans les cages à miel et affronte la fosse tel passe partout dans Ford Boyard. Autant dire que mon incursion en territoire ennemi se solde par un misérable échec et je me retrouve donc devant la scène à gauche avec pour seule vue l’enceinte qui masque la scène et comme voisine la porte des chiottes ! pas grave, j’essaye de me hisser sur la pointe des pieds pour essayer d’apercevoir quelque chose et, pang, il fallait bien que je me mange la dite porte dans la gueule.

Me voilà donc acculé contre le mur , où je peux voir les têtes des trois membres du groupe, excepté bien évidemment le batteur , John Sherman. Le groupe enquille les titres à toute vitesse et il faut vraiment être devant pour s’apercevoir que ca joue velu. Bryan Giles à la guitare enchaine les parties de chant avec Aaron et sur scène le mimétisme est frappant avec Helmet (groupe avec lequel red fang a pas mal tourné). Aaron empoigne sa basse avec une telle force qu on se demande s’il va pas la briser à force de headbanger dans tout les sens avec.

En guise d’introduction sur « Bird on Fire », on a droit à un simple « Bonsoir Paris » et je devine que le groupe se donne à fond vu l’enthousiasme du public, car celui-ci connait les chansons par cœur et je suis très surprit d’un tel engouement. En effet, on ne peut pas dire que le groupe bénéficie d’une notoriété importante mais il peut compter sur un bouche à oreille visiblement très efficace. D’autant plus étonnant qu’une bonne partie du public est féminin, surtout quand le groupe lorgne sur un style carrément doom sur des titres comme « Number thirteen » ou « malverde ».

Moi qui commençait à me satisfaire de ne voir uniquement que le plafond de la scène, voilà que deux golgoths totalement bourrés viennent se coller devant moi et je n’ai donc plus que deux gros culs comme guise d’horizon. C’en est trop, je retourne près du bar et là je m’aperçois que le son s’est nettement amélioré. De plus, la chance me sourit car j’aperçois une petite marche sur le mur qui me permets tel spiderman de me fixer dessus et de m’élever au dessus de la fange stoner qui est déchainée.

Chose surprenante, je m’attendais à voir des mecs déconner sur scène , surtout quand on regarde leur clips à prendre au quatrième degré , et là les gars ne sont pas très généreux avec leur public. Peut être sont ils complètements absorbés par leur set et c’est pas un « Sharks » hyper speed qui viendra me contredire.

Sur « Préhistoric », on prend vraiment conscience de la partie rythmique du groupe qui est hyper carré. Les gars ne lachent rien et en plus Aaron nous balance un solo de basse qui force le respect. Le grand gaillard (putain ils sont partout ce soir !) fait ca comme si de rien n’était et clos le set sur un final apocalyptique.

En guise de reprise on a droit à un nouveau titre dont je ne connais pas le nom et « Suicide » termine le show qui aura duré une bonne heure et demie.

Bon on peut pas dire que j’ai passé la soirée dans les conditions les plus appréciables mais force est de constater que Red fang a délivré un set impeccable. Les gars maitrisent leur partition de bout en bout et c’est avec joie qu’on les retrouvera au Hellfest (la programmation étant dévoilée quelques heures plus tôt). Au moins on est sur de les voir dans des conditions optimum.

Note aux organisateurs de concert : c’est tout à fait louable et appréciable de proposer des concerts d’une telle qualité pour 16€ (le succès de ce soir en est la preuve) mais il y a quand même d’autres salles dans Paris comme le Divan du monde, le Nouveau casino où même le Bataclan. le Glazart est peut être très bien comme boite de nuit où pour des gouters d’anniversaire mais certainement pas pour des concerts avec une telle affluence.

Bon je vous laisse y a Frodon Sacquet et Gandalf qui m’attendent !

REVIEW BY GREG DRAY

Share

About Author

philip.barucq

(0) Readers Comments

Comments are closed.